Le cauchemar amateur réclame du hamster alternatif

Le soir du vernissage de ce même Oujevipo augmenté à Chevilly-Larue, il y a eu aussi le Dazibao oulipien de l’Oujevipo !

Publicités

L’Oujevipo à Chevilly-Larue

Série de dix « affiches » réalisées pour la présentation chevillaise de l’exposition OUJEVIPO à l’invitation de Xavier Girard qui a opéré une sélection de 10 parmi les 2000 jeux vidéo chroniqués par Pierre Corbinais sur Oujevipo.fr.

Il ne s’agit pas de gravure au sens propre. D’estampes, peut-être…
Le processus d’impression fait bien appel à un presse taille douce. Les différentes matrices permettent bien de faire des images multiples.
Mais la plupart des matrices sont réalisées par découpage dans des feuille de PVC récupérées dans la rue devant des boutiques : il s’agit de publicités imprimées.
Le découpage se fait aux ciseaux et cutter, sur le modèle des pochoirs en une seule partie, sans contreforme (première hybridation, car plus que la tradition, c’est l’hybridation, le mélange et l’invention ou bricolage qui m’intéressent).

Au moment de l’encrage a lieu la seconde hybridation : contrairement à la logique de la gravure en taille d’épargne qui utiliserait plusieurs matrices pour plusieurs passages – une couleur par passage – j’encre directement ma matrice fine en PVC en différentes couleurs, au rouleau, mais à la façon d’un peintre qui bariolerait son support.
Puis l’impression est « traditionnelle », mis à part le fait que les matrices se recroquevillent un peu à la manière de feuilles à cigarettes et qu’il n’est pas toujours facile de les « discipliner ».
La troisième entorse concerne l’inscription des titres. Pas de matrice, ni en plomb, ni en bois ; mais un patient coloriage au bic et au feutre, par décalque, avec dévotion et sans retour.

bic-bear

Exposition à la Maison des arts plastiques à Chevilly-Larue, dans le Val de Marne du 18 mars au 8 avril 2017.

affiches des Monstres à la Briche

Impression d’affiches au Siphonophore, à Saint-Denis, dans l’atelier de Anatole Wiener.
Les Monstres : ce sera au 108 à l’initiative du Café des Enfants & de la Ressource AAA.
Les affiches ont été imprimées du samedi 24 au lundi 26 septembre 2016, en trois passages, sur une presse typo FAG.
Les objets glanés dans le hangar de la Ressourcerie, à Saint-Jean-de-la-Ruelle, avaient d’abord été mis à hauteur typographique.
Les textes sont composés en caractères bois et plomb.

 

visage de la démence

Les yeux exorbités du terrible samouraï-assassin du Château de l’araignée.
L’impitoyable Onimaru hirsute des Hauts de Hurlevent.
La fureur convulsive des acteurs de Kurosawa et Yoshida réactive le potentiel de destruction dont sont porteurs les divinités primitives du Japon animiste.

Fujin (風神) – un des plus anciens dieu Shinto – était présent à la création du monde. Monumental, terrible, grimaçant, il comprime dans un sac qu’il maintient serré sur son dos, l’ouragan des puissances destructives.

Fujin, kami du vent, Sanjusangen-do, Kyoto.
Gravure en taille d’épargne et impression typographique au plomb (2012) pour un livre collectif aux Éditions Artegraf.

 

Caractères typographiques pour l’apprentissage de la lecture

Lu sur Pluton mini mini.
Le Jardin de Kiran : un site qui présente visuellement et clairement différentes fontes autour de cette question de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture et de la reconnaissance des différentes lettres.
« Nous avons tenté de faire un recensement de fontes répondant à des critères strictement académiques ; mais également, nous avons voulu proposer un choix nouveau de familles typographiques appropriées puisés dans d’autres répertoires afin d’éveiller notre attention envers de nouvelles graphies. »

a-la-main1

andika-basic-french

pere-castor1

sassoon-infant2

Il contient aussi des précisions autour de cette question perturbante du vocabulaire pour qualifier ces caractères : polices de cahier ? cursives ? scriptes  ? écriture attachée ?
L’usage à l’école du mot  « scripte » ou « caractère d’imprimerie » est de ce point de vue totalement contradictoire, trompeur et injustifié.
Cet usage est tout d’abord en opposition avec les catégories adoptées en 1962 par l’Association typographique internationale (ATypI). Ainsi dans la classification Vox-Atypi « les polices scriptes sont inspirées par l’écriture manuscrite [et affirment souvent un caractère] ludique. »
D’autre part l’imprimerie depuis ces origines en Occident avec Gutenberg emprunte la forme de ses caractères aux écritures calligraphiques des ouvrages manuscrits qui ont précédé l’invention de l’imprimerie et donc l’apparition des premiers caractères mobiles latins en plomb (les caractères d’imprimerie).
En d’autres termes l’imprimerie a fait usage aussi bien de caractères rigoureux, romains, droits de caractère industriel que de fontes cursives, souples rappelant l’origine manuscrite de la lettre. Dès Alde Manuce utilisait le caractère italique.

Chevilly / images des affiches exposées

Il vit un homme sans passion, qui lui expliqua posément que la race humaine était maintenant condamnée, que l’Espace lui était fermé, que la seule liaison possible avec les moyens de survie passait par le Temps. Un trou dans le Temps, et peut-être y ferait-on passer des vivres, des médicaments, des sources d’énergie. Tel était le but des expériences: projeter dans le Temps des émissaires, appeler le passé et l’avenir au secours du présent.

Chris Marker, La Jetée, 1962

Parce qu’il faut produire, il faut par tous les moyens de l’activité possibles remplacer la nature partout où elle peut-être remplacée, il faut trouver à l’inertie humaine un champ majeur, il faut que l’ouvrier ait de quoi s’employer, il faut que des champs d’activité nouvelle soient créés, où ce sera le règne enfin de tous les faux produits fabriqués, de tous les ignobles ersatz synthétiques où la belle nature vraie n’a que faire, et doit céder une fois pour toutes et honteusement la place à tous les triomphaux produits de remplacement où le sperme de toutes les usines de fécondation artificielle fera merveille pour produire des armées et des cuirassés. Plus de fruits, plus d’arbres, plus de légumes, plus de plantes pharmaceutiques ou non et par conséquent plus d’aliments, mais des produits de synthèse à satiété, dans des vapeurs, dans des humeurs spéciales de l’atmosphère, sur des axes particuliers des atmosphères tirées de force et par synthèse aux résistances d’une nature qui de la guerre n’a jamais connu que la peur. Et vive la guerre, n’est-ce pas ?

Antonin Artaud, Pour en finir avec le jugement de Dieu, 1947

casse programmée

Dessin préalable sous Illustrator des lettres à partir d’une grille régulière. Chaque glyphe a la même proportion de 8 sur 12 et donc la même chasse afin de faciliter le travail de composition des textes au moment de l’atelier.
Aucune courbe, un caractère anguleux formé de segments rectilignes –ce qui, a posteriori, au moment de saisir les coordonnées x y z directement dans le code pour suppléer aux bugs d’Inkscape et afin de générer le G-code, s’est avéré plutôt efficace.
Inkscape est un équivalent libre de Illustrator –donc un logiciel de dessin vectoriel– qui permet de générer le G-code à partir de l’extension Gcode tool. Le G-code étant le langage informatique employé pour commander la fraiseuse numérique.


photo © Energol