Arcimboldo Picasso

Quelques photographies des affiches composées et imprimées par les enfants cet après-midi. Atelier impressions modulaires au sein d’une semaine que la Recyclerie consacrait au carnaval. Nous étions accueillis par le 108. Philippe a mis quelques images aussi ici.

Les affiches ce sont ensuite un peu baladées.

 

Carnaval – affiches combinatoires

Découpages préparatoires en papier avant fabrication des matrices combinatoires, sans doute en contre-plaqué.
Projet d’atelier à la Ressourcerie avec des enfants ; impression d’affiches en 40×60.

équinoxe, Halloween & Calaveras

Quinze jours après, retour au 106 rue de Bourgogne pour la seconde étape : impression sur les textiles collectés par la Recyclerie des matrices gravées sur linoléum par Carole, Cécile, Danièle, Guillaume, José, Michaël.

La fête du travail avec Louison-la-douce

Vendredi premier mai, nous avons mis à profit le rangement de l’atelier pour imprimer quelques plaques. Anatole a imprimé son Guerrier le poing tendu et a une fait une seconde plaque Maisons, oiseau & arbres ; Joséphine a gravé et imprimé une Maison sur lino et Nicolas a pu passer son Chien sous la presse.
Article publié initialement sur Ripiquirijojo.

Chevilly / images des affiches exposées

Il vit un homme sans passion, qui lui expliqua posément que la race humaine était maintenant condamnée, que l’Espace lui était fermé, que la seule liaison possible avec les moyens de survie passait par le Temps. Un trou dans le Temps, et peut-être y ferait-on passer des vivres, des médicaments, des sources d’énergie. Tel était le but des expériences: projeter dans le Temps des émissaires, appeler le passé et l’avenir au secours du présent.

Chris Marker, La Jetée, 1962

Parce qu’il faut produire, il faut par tous les moyens de l’activité possibles remplacer la nature partout où elle peut-être remplacée, il faut trouver à l’inertie humaine un champ majeur, il faut que l’ouvrier ait de quoi s’employer, il faut que des champs d’activité nouvelle soient créés, où ce sera le règne enfin de tous les faux produits fabriqués, de tous les ignobles ersatz synthétiques où la belle nature vraie n’a que faire, et doit céder une fois pour toutes et honteusement la place à tous les triomphaux produits de remplacement où le sperme de toutes les usines de fécondation artificielle fera merveille pour produire des armées et des cuirassés. Plus de fruits, plus d’arbres, plus de légumes, plus de plantes pharmaceutiques ou non et par conséquent plus d’aliments, mais des produits de synthèse à satiété, dans des vapeurs, dans des humeurs spéciales de l’atmosphère, sur des axes particuliers des atmosphères tirées de force et par synthèse aux résistances d’une nature qui de la guerre n’a jamais connu que la peur. Et vive la guerre, n’est-ce pas ?

Antonin Artaud, Pour en finir avec le jugement de Dieu, 1947