Mitrons de saint-sylvestre

Retour à l’imprimerie, à la saint-sylvestre, pour vraiment lancer le tirage des grands bois destinés aux collages muraux chez Paume de pain, sur la Croix-Rousse.

Demain, c’était 2020; tout le monde s’en foutait!
Et moi, je pressais fort de grands papiers contre leurs matrices, veillé par le haut Godin rougeoyant et paresseux.
Rouleau-fluo-papier-manivelle: démouler! Rouleau-rouge-papier-manivelle: démouler! Rouleau-bleu-métalisé-papier-manivelle: démouler, dans l’ancienne charcuterie, précédemment boulangerie, ex-poterie et actuel atelier d’impression-typo de Saint-Jean-des-Ollières.

Les oies, les huîtres et le surimi moins cinquante pourcents sont restés chez eux, pénards au supermarché.
Au rez-de-chaussée, l’année dernière a finalement jeté l’éponge sur l’horloge à affichage digital du four. Kirikou continuait à être plus malin que les fétiches et la sorcière feignait toujours la méchanceté incurable…
Apparemment, du côté d’Orion, Bételgeuse était toujours une géante-rouge et n’avait pas encore explosé.

Quelques-uns des tirages sur papier 80g à partir des matrices bois 60x76cm.

Plusieurs passages sous presse des cartons gris en 350g. Encrage manuel et polychrome? Superpositions et décalages? fluo? Encore et toujours!

Les matrices, culottés comme de belles cocottes, en voient de toutes les couleurs.

À l’imprimerie-charcuterie!

Gravure sur bois : petit coup de collier nocturne.
Premiers tests d’impression : quel super endroit que l’imprimerie-charcuterie, à Saint-Jean-des-O. !


Découpage dans du papier, à l’échelle 1, des éléments du « puzzle » et recherche des combinaisons optimales sur les plaques de contreplaqué de format 60 x 76 cm.
Gravure des grands bois au cutter, à la gouge et au ciseau.



Premiers essais avec David pour caler le dégradé; la touche (quantité d’encre déposée déterminée par la hauteur des rouleaux encreurs); la pression… Vues des bois sur le marbre de la grande et belle presse à épreuve!


Premiers tirage sur 80 grammes en vue des futurs collages « en place » des silhouettes sur les murs de Paume de pain. Pour les tours de manivelle définitifs, il faudra attendre la grève (!) prochaine des confiseurs…

Mas du Bost

Une semaine dans le Puy de Dôme dans la grande maison que Alice, Adrien, Violette, Félix et Marius nous prêtent en décembre le temps de leur voyage. C’est à côté de Saint-Jean-des-Ollières, près du chaos basaltique du Courdeloup.
Perspective xylogravure et recherche d’efficacité… Mission Paume de pain!

Quelle grande image pour le vaste mur de 1,5 mètre par 2,30 mètres de la boulangerie de mon frère Sylvain qui s’agrandit sur la Croix-Rousse ?


Pourquoi les lactobacillus plantarum, amylases,phytases et autres héros microscopiques du levain ne ressemblaient pas à ça, à de petits modules lunaires doués d’instruments?
Perspective d’hybridation entre l’hypothèse « marionnette articulée » et les tests déjà anciens de gravure polychrome sur bois modulaires.

Paume de pain-Guignol-Jacno

Deuxième semaine à Lyon sur la Croix-Rousse entre poussière du chantier, enchaînements fluides des gestes matinaux au fournil et petite visite aux marionnettes du Musée Gadagne.


Brosser pour enlever la farine avant de « donner les tours » à la pâte.

Donner des tours à la pâte permet d’étirer le réseau de gluten, c’est-à-dire la charpente alvéolée du pain.

Former d’un petit mouvement circulaire les boules régulières des méteils.


Façonner les brioches tressées.

La petite tornade de la farine qui descend en spirale pour fleurer les pâtons avant enfournement.

La grigne consiste en un coup de lame, il permet de diriger la sortie des gaz de cuisson et revêt aussi un aspect esthétique.

Nathan la pelle à défourner entre les mains.

Méteil au fournil et esquisses du logo Gauloise de Jacno au Musée de l’imprimerie et de la Communication graphique.

20191202_1223225828027012429567717.jpg



Idées de marionnettes méteil en Golem composé d’une juxtaposition de boules de pâte.


Musée Gadagne, Guignol, Casse-Noisettes et compagnie.

Paume de pain J+7

Depuis une semaine, je suis à Lyon dans la fournil de mon frère Sylvain qui fait du pain au levain naturel sur la Croix-Rousse. Je me lève à cinq heures pour bien comprendre « comment ça marche, le levain ». C’est une sorte de cheptel microscopique à qui il faut donner à manger tous les jours et qu’on n’achète PAS dans des sachets. Un peu comme les abeilles il fait des alvéoles, mais dans la pâte à pain…
Le Méteil (moitié seigle, moitié blé), une sorte de croisement entre bibendum et le Golem…
Queues de cochon…
Les deux mains mécaniques du délicat pétrin suisse…



Une proportion d’eau plus importante dans la pâte permet de favoriser les ferments lactiques, au détriment des acides acétiques; ainsi le pain sera moins acide (;-)
Fleurer les bannetons, tresser les brioches, mettre les méteils dans les bannetons…
Alexandre, qui travaille avec Sylvain, Jeorges, Nathan et Noémie (qui fait la vente, à partir de 16h).


Marionnettes et idées de marionnettes…





Concert à Grrrd Zéro: gros bruit dans ce hangar et ancien squat avec les mimiques du Singe Blanc, à Bron, dans la nuit tout au bout du métro A.

Monts de Lacaune


Stephane et Anne-Lise s’occupaient d’un couple de personnes atteintes par alzheimer, dans un hameau perdu près de Lacaune. Il occupent encore pour quelques mois la maison mise à leur disposition par les neveux du couple disparu.



Il a plu cette semaine dans les Monts de Lacaune. Le chat, noir comme charbon, toute la semaine, a dormi près de l’âtre qui ronronne.
Anatole lit le soir près du poêle.



Vraisemblablement, des chanterelles. À tubes, peut-être… en tout cas on les a mangées (elles venaient du Causse noir, près de Saint-Jean-des-Balmes).

Eysus? Adieux Linky

Lundi, derniers dessins des animaux chez Anne et Frédéric avant le départ vers Oloron-Sainte-Marie.

Brebis béarnaise qui vient ce matin d’agneler: les premiers triplés de la saison .



La basse-cour autour de Trump, le beau coq baptisé par les enfants.

Le soir, Jacques fait passer sa petite souris blanche et noir d’une main à l’autre.



Arrivée mercredi à Eyssus, non loin de Oloron, la ville qui sent le chocolat Lindt quant il va pleuvoir. Petite maison en paille sur deux étages construite autour d’un pilier centrale, sur le principe de la yourte.

Pas d’électricité pendant tout le séjour: le linky permet fort opportunément de couper le courant à distance sans préavis. Ambiance Halloween et soirées aux chandelles!

Ancienne usine d’espadrilles à Arette. Lieu de stockage, salle de danse, bureaux partagés… Les antiques et massives machines à coudre en fonte sont toujours là.

Les caisses d’une exposition de Haroun Tazieff sur les séismes et les volcans. Oubliée là dans l’espoir d’un nouveau tour du monde…

Retour, chez Anne pour un bref passage.
On regarde le second épisode des Gardiens de la Galaxie. Quel ramassis de punks; quelle fantastique collection de crêtes et de couleurs!

Jusqu’à Préchacq-Navarrenx

Après la rencontre de la Taillade, nous avons du mal à nous quitter avec Delphine, Yann et Ève. Après un fol enchaînement d’épervier-chasseur; mister-it; loup-famille et chat-perché dans les chênes nous levons le camp, de concert, à la nuit. Destination: la chapelle Saint-Sabin.

Delphine joue de la flûte dans la nef sans voûte, ouverte sur le ciel et la pluie tandis que je dessine cet étrange couple enlacé, amputé.


En face, autre chapiteau: ange & archer. Villefranche-du-Queyran, toujours la chapelle Saint-Sabin.


Gravures et marques de tâcherons, sur les pierre de l’église du XIIe.

Vianne, bastide fortifiée; plan en damier et église romane du XIIe. Chasse au trésor grandeur nature jusqu’à la salle du trésor qui déborde d’éclairs, religieuses et suisses.

Les églises romanes: salons de l’édition contemporaine, fanzine, imagerie populaire disponibles aux détours des chemins, à la bonne franquette. Bizarres narrations tordues; petites histoires du bien et du mal, de peurs, monstres et désirs.

Berceau et cul-de-four.

Trump, le coq-président-des-États-unis nous accueille chez Anne et Frédéric, à la ferme dans le Béarn. Quatre jours parmi les ânes, kakis, brebis, coings, lépiote élevée, montbeliardes… Les enfants, Yann, Malek, Anatole, Iris, Jacques, Mattis et Ulysse sautent dans les cabosses de cacao.

Lundi 28, Yann.

———————–
Erratum: Ulysse, lui, ne saute pas dans les cabosses, c’est trop haut…

Rencontre non-sco* à la Taillade

De beaux Mercos aménagés.

Des parents, des donuts et inversement.

Des enfants avec des boucles d’oreilles, des cheveux verts ou des vélos.

Des réunions, des discussions dans la grande yourte.

Une perspective d’effondrement global.

Des gens qui font de leur mieux.

Un Kamishibaï* sous les Chênes.

————————
* Non-sco pour non-scolarisés. C’est permis et on peut trouver de l’information par .
* Un kamishibaï est un mot d’origine japonaise employé pour qualifier un petit théâtre portatif. Le texte de l’image exposée à l’avant figure au recto de la dernière image dans la pile.

Monts de Lacaune > Moissac > Casteljaloux

Ce lundi nous quittons les rives du Lac de Saint-Féréol, près de Revel, direction Casteljaloux, pour une rencontre d’enfants et de parents non-sco*.Détour par les Monts de Lacaune où Anne-Lise et Stéphane nous accueillent avec leurs deux enfants dans un petit hameau en bout de route groupé autour de deux fontaines.
Une autre famille de voyageurs est là, en caravane. Stéfan connaît bien les cèpes (de Bordeau; du châtaignier –à ne pas confondre avec le faux-cèpe, qui bleuit très rapidement et serait tout juste mangeable). La cuisson a ses secrets… mais pantagruéliques omelettes!Après Concots (Lot) et la visite de l’imprimerie Trace, intimement liée à Superloto éditions (plomb, fanzines, BD, vinyles…), repas au soleil couchant sous les ailes du moulin de Boisse.Nuit à Moissac, au bord du canal; journée à l’abbatiale. Tympan roman de l’apocalypse de saint Jean et sculpture légendée des chapiteaux du cloître.
Dans le narthex, belle figure double d’un ours mâle et femelle.Daniel (c’est écrit dessus) victorieux des terribles lions qui (ne) veulent (pas le moins du monde) le manger.
ôôoooooooooooooTout ce bestiaire de monstres ingurgitant, vomissant, montrant les dents et tirant la langue. La queue d’un griffon devient la langue fourchue d’un monstre accroupi.
Il y avait aussi un scriptorium où les moines copiaient et enluminaient des manuscrits.Samedi, arrivée à la Taillade, près de Casteljaloux. Dessin de Auguste, 6 ans.


L’après-midi, Ulysse achève de graver son Matoufeu en vue d’une prochaine impression sur t-shirt ou papier…

—————————————
* Non-sco: enfants et parents qui font le choix de ne pas aller à l’école, en conformité avec la loi française qui permet à chacun-e d’instruire librement son enfant.

Au-dessus des nuages

5 jours dans les Pyrénées entre l’étang de Lers et Salau.
De station de ski en cabane pastorale.
Du dortoir du refuge occupé côté espagnol par 12 pompiers andorains jusqu’à l’invité surprise et nocturne du vendredi soir.

………………….
Soleil après la pluie. Petit lac de la Piède sous le lac de Réglisse et la cabane de Turguilla.
Aurore aux doigts de rose, parois anruptes autour du lac, depart tôt du refuge espagnol du Certascan.
Magnifique miroir d’eau constellé de pierres noires sous le squelette d’un vieux pin.
Enfin, au dessus du verrou rocheux, à 2300 mètres: le container métallique du refuge Enric Pujol. Balcon imprenable au dessus de la brume, tout confort et amarré par des câbles sous le sommet double du Mont Roig.
Le refuge apparemment désert abrite un locataire nocturne qui me contraint à me relever pour suspendre nourriture, sac et chaussures au plafond…

samedi 5 octobre. Immense avec ces 3 mètres d’envergure, planant au dessus de ma tête dans les vents ascendants: un gypaète au col sous le Mont Roich de France.
Dimanche, à Revel, Gabriel travaille en histoire-fiction sur le commerce triangulaire: portrait du petit mousse embarqué, sans le savoir, au XVIIIe siècle, sur un négrier en route pour Gorée.

Deux maelströms, un podoscaphe, cent kitesurfs


Vézelay, les chapiteaux romans. Dessiner « à travers » les jumelles… chapiteau-carnet, aller-retour et recommencer.
Ici, hier, les mêmes monstres pululaient que dans un sanctuaire bouddhiste.

Drôles de kebabs du moyen-âge pour cette représentation des vents.

Le tympan est en cours de restauration: on peut monter sur les échafaudages pour voir le Christ de près. Visage très noir, stigmate de polychromie, peut-être.

Vézelay: les deux spirales inverses dans les plis de la tunique de Jésus.

Île de l’Aber, fort Vauban remanié au XIXe. La volée des escaliers ouverts béants sur le ciel.

En 1865 Gustave Courbet peignait une jeune femme glissant sur l’eau en podoscaphe. Ce jour, sur la plage immense de l’Aber, les kitesurfeurs s’allongent pareillement sur l’onde.




Plage, vent, rouleaux: l’Aber en Baie de Douarnenez.

Donatien Mary et Sophie Duterte dans Le premier bal d’Emma. Tampons, pochoirs et bande dessinée. Très beau!

Vimbouches et autour

Vipérine
Couleuvre-vipérine dans l’eau qui file entre les jambes de Jacques à Saint-Hilaire-de-Lavit.
Âne-cadeau
L’âne Cadeau en balade avec nous de Saint-Etienne-vallée-française à Saint-Jean-du-Gard.
Assis-sur-le-sable
Assis-sur-le-sable-2
Assis sur le sable à la baignade.
Grimpeurs-Miallet-2
Grimpeurs-Miallet
Grimpeur, Mialet.
Iris-profil
Iris ne bouge pas pour que je la dessine, mais bouge quand même.
Trou-passerelle-2
Le trou d’eau après la passerelle avant les Espérelles.
Vimbouches
Les maisons de Vimbouches sur la crête.
Lierre

Lierre mort sur châtaignier mort dans le sous-bois.

Ariège-Montagne noire-Cévennes

Aljaferia
L’empreinte arabo-musulmane à Saragosse au palais de l’Aljaferia. Patio, colonnades qui ouvrent sur une cour intérieure, claires-voies des motifs en arabesque.
Niaux-pinceau
Niaux-flèche
Dessiner « à l’aveugle » dans les ténèbres du Salon noir. Grotte de Niaux, Ariège.
Robillard-Montolieu
Exposition Les croqueurs d’étoiles, Musée Cérès Franco, Montolieu. Robillard dessine sur ses assemblages.
Robillard-Montolieu-Heineken
Vaste installation de Robillard. Sorte de showroom playmobil foutrac fait de savants assemblages et de récupération.
Alain-Kieffer
La petite-fille (?) de Cérès Franco sur la vidéo documentaire et une sculpture de Alain Kieffer.
Carlos Boix 1949
Fins tracés à l’encre noire de Carlos Boix.
Claude-Boujon-Montolieu
Claude Boujon, Montolieu.
Ulysse-chiffres
Ulysse: page d’écriture pendant l’exposition Cérès Franco sur la Lune.

Des fontaines, des nuages, du vent et des fêtes

Fontaine
22 mai 2019, Portugal | La petite fontaine d’eau fraîche au bord de la route. Soleil.
Iris margelle
Iris, sur la margelle penchée.
Iris fleur
Même fontaine, autre iris.
Télévision
23 mai, Zamora | Ras-le-bol de la Semana Santa. A présent, ici, après les processions andalouses, ce sont les reportages photos ou les quatre-par-trois qui font la promo d’un musée des douleurs. Envie d’autres choses que de souvenirs martiaux, châteaux, intimidations, aspirations hégémoniques, églises et efforts de persuasion. Aller avec les gens, boire un café et dessiner le débat politique à la télévision espagnole.
Barbe en politique
Barbe sans cravate vs léopard.
Indépendantiste-sapin-de-Noël
L’indépendantiste, ou la version revisitée du sapin de Noël.
Podemos
Brandi sur la poitrine placide et musculeuse d’un député. Podemos?
Vierge nuages
23 mai | Nuages en route. Nous croisons au large de Valladolid par l’A-11.
Lac
24 mai, Embalse de la Cuerda del Pozo | Aux sources du Río Duero, qui devient Douro, et file jusqu’à Porto.
Ermita de N. S. Dela Serna
24 mai, Ermita de N. S. dela Serna | Abandonné et vide, les décors érodés, au bord de la N-234 avant Torrelapaja.
Goya Guerra
Goya danseur
25 mai, Fuendetodos | Village natal de Goya. Estampes, sortes d’instantanés saisissants et terribles.
Nueva Alaska
Fuendetodos, le même jour c’est la fête du village; on se retrouve, sans gêne, à boire un coup dans la salle des fêtes. Après-midi cabaret: tour du monde kitsch de la chanson hispanique en costume et devant d’immenses images vidéo-projetées. Rouge andalouse aux airs de Carmen; mexicain et sombrero, froufrous tropicaux genre Hawaï à donner le tournis.
Canyon avant Saragosse
25 mai 19, entre Fuendetodos et Jaulín | Paysage de canyon calcaire aride, soufflé par le vent, qui ondule sur les flans des vertes cultures de céréales.

{-}
À quoi bon défier les morts, les eaux, les pains, les enfants à naître […]? Quand la colère déborde et sort de son lit, la langue n’a plus de rives.
Don Quichotte [de passage à Zamora], Cervantes, seconde partie, chapitre XXVII

la petite maison au bord de l’eau

Tomar-cloître
Tomar, Covento de Christo de l’ordre des Templiers, 13 mai 2019. L’influence de Serlio dans l’étagement des plans successifs et des perspectives de la galerie du premier étage en loggia d’un des quatre cloitres juxtaposés.
Douro
Peso da Régua, 14 mai 2019. Le Douro, large et puissant, dans ce paysage verdoyant. Cette « famille d’artistes » intrigue et amuse un passant. D’origine angolaise, il est professeur d’arts visuels ici et me conseille des auteurs portugais.
Halte-au-bord-de-la-route
Repas à l’ombre, en contrebas de la route N201, près du Rio Mau, un peu au nord de Braga.
Anatole-collier-ambre
Iris-profil
Iris
J_____ par A______
Tout un chassé-croisé dessiné sur les nappes ou les carnets.
La maison
Pedro, Esther et Zare, Naïm, Sahel nous accueillent chez eux, à Caminha, sur la rive sud du Rio Minho qui marque la frontière avec l’Espagne. Lumineuse petite maison auto-construite qui ouvre sur un verger avec source, grenouilles et rivière.
Cheminées
Les cheminées-champignons, totems dressés sur le toit parmi les herbes folles.
J_____ par Zare
Zare, un fameux dessinateur de neuf ans aux univers mécaniques complexes, dessine un barbu (moi?).
Pedro&Esther
Pedro a grandi à Dunkerque avant de revenir au Portugal. Esther a grandi aux Canaris. Après huit ans au bord de l’eau, ils ajoutent une nouvelle page à l’histoire, pas très loin, sous les eucalyptus et les acacias: une potager-forêt-verger, lieu de vie collectif en auto-construction sobre et autonome.
Jean-Baptiste?
Va-Na-de-Cerveira, l’église, 18 mai 2019. Une dame me propose d’agrémenter d’un tampon ce géant à la tête immense. J’accepte avec empressement; et à la fin on tamponne tout le monde.

Du crachin à Alfama


Zambujeiro, l’ombre des chênes-lièges près du dolmen.
OrangesEn route vers Lisbonne, 6 mai 2019. Un gars bricolant son moteur devant sa maison remplît mon sac et le panier d’oranges et de citrons. La dizaine d’expressions portugaises que je maîtrise ne permet pas un échange très fluide, mais, non, non, c’est cadeau!
Livre-Pires-Vieria
Livre-Balesteros-Vaz-2
Livre Balesteros&vaz
Lisbonne, 8 mai. Livro ou anti-livro, exposition au Musée national d’art contemporain de livres concrets, matériels. Parfois on peut feuilleter. Carnets cloués, lourds livres en caoutchouc, découpage-feuilletage à l’infini… Marco Balesteros & Sara Vaz; Pires Vieira; Lizá Défossez Ramalho; Bráulio Amado…
Marionnettes-0
Marionnettes-2
Marionnettes-1
Museu da Marioneta, 8 mai, Lisbonne.
Ulysse-planète-sauvage-1
Ulysse-planète-sauvage-2
Ulysse, parfois d’une attention déconcertante, regarde une vidéo de Carlos Bunga qui reconstruit au scotch une ampoule à partir de débris, dans la pose planète sauvage. MAAT de Lisbonne.
Pêcheur
Le pêcheur, la sèche et le parapluie, le 9 mai au bord du Rio Tejo, Lisbonne.
Pont-du-25-avril
À la fois Rio de Janeiro et San Francisco: rive du Rio Tejo depuis les toits du MAAT.
Portrait aux pikachus
Autoportrait à Tomar
Autoportrait, aussi…
Tomar, 12 mai 2019. Ma tête, encore barbue, jusqu’à la prochaine prise électrique… A_a_o_e, un peu plus tard, avec une nuée héroïque de Pikachus.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Ce qui n’est pas dessiné:
_ les rues entrelacées de Alfama, berceau montueux du fado et lardé d’escaliers, à Lisbonne;
_ ce petit crachin inattendu mais qui finit quand même par te mouiller;
_ la surprise des petits-four et le vin, du festival de la marionnette à la tombée de la nuit parmi les arbres et les paons du Castelo São Jorge;
_ l’immense domino monolithe de la salle souterraine et hexagonale du dolmen de Zambujeiro;
_ l’expression navrée et néanmoins sympathique du gars qui me disait de cueillir toutes les oranges que je voulais et que je ne comprenais pas…

Rock, cromlech et maniérisme

Cigognes
28 avril, Mourão, Portugal. cigognes sur les cheminées.
Volute-Evora
29 avril 2019, Évora. L’ocre des décors sur les façades blanches.
Graça-Evora-1
Évora, Praça de Giraldo. Entre Michel-Ange et Pierre Huyghe: l’étrange hybride anonyme en marbre inachevé tombé devant l’eglise.
Graça-Evora-2
Graça-Evora-4
Graça-Evora-3
30 avril, Évora, fronton XVIe de l’Igreja da Graça. Inconvenants et hilares, quatre singes-atlantes toisent les passants, assis les guiboles pendantes de chaque côté du fronton.
Casas-pintadas
Évora, Casas Pintadas, fresques (1520). Animaux fantastiques illustrant dans une perspective encore médiévale les vertus et vices humains. Musée d’art contemporain, exposition autour du dessin.
Almendres
Menhir des Almendres, 1er mai. Dressé seul parmi les « prés-bois » de chêne-liège.
Cromlech
Cromlech des Almendres. Calendrier solaire vieux de sept mille ans qui dessine avec 95 pierres (re)dressées deux cercles et une ellipse. Identifié dans les années 1960, il est plus ancien que Stonehenge.
Revolver
Achat en plastique, objet de désir longtemps empêché. Foire du 1er mai à Évora.
Capela-dos-ossosCapela dos Ossos, Évora, 3 mai 2019. Un précédent baroque à l’exemple parisien du déménagement des cimetières dans les « catacombes ». Murs de tibias et frises de crânes. « Têtes (…) beaucoup d’entre elles furent respectées dans le monde à cause de leurs talents et d’autres vains ornements qui servirent la vanité (…) »







Evora, Soir Joaquim António d’Aguiar, 4 mai, capotefest2019. Face plus underground de cette ville universitaire dans la pénombre zébrée des stroboscopes. Une autre manière d’être ensemble, par la cage thoracique qui vibre. Môrus, duo lisboeta: boucles de guitare et réverbération, percussions et chants aux lointaines consonances flamenco. Chemise moirée et belle gueule de Christ du guitariste.
À deux heures bien tapées, le rock féministe des Anarchicks, « referência máxima do rock no femino –Anarchicks! » Minijupes, bijoux scintillants, hurlantes et sautant partout.